Home Associations Nanoparticules dans l’alimentation : quels risques ?
Nanoparticules dans l’alimentation : quels risques ?

Nanoparticules dans l’alimentation : quels risques ?

357
0

Le 17 mars, le député européen et militant anti-malbouffe José Bové a appelé au boycott des produits alimentaires contenant des nanoparticules de dioxyde de titane (TiO₂), brandissant sur un plateau télé des paquets de M&M’s et de chewing gums Hollywood. En cause : la nocivité supposée des nanoparticules de TiO₂ présentes dans le colorant sous le code « E171 ».

Les particules de TiO₂ sont utilisées pour rendre des aliments plus blancs ou plus brillants ou pour décliner une palette de couleurs en étant associées à d’autres colorants alimentaires (sur le glaçage de pâtisseries par exemple, du E171 peut être mélangé avec un colorant rouge pour obtenir du rose, etc.).

Selon José Bové, les nanoparticules contenues dans le E171 ont « des conséquences graves » : elles présentent « des risques de cancer ».

Moins d’un an après la pétition s’opposant à l’utilisation de nano TiO2 dans les yaourts, le sujet revient donc une fois de plus à la « une ».

Des risques de cancer ? L’appel à la vigilance est justifié

Vérification faite, il n’y a pas d’études permettant aujourd’hui de considérer ces nanoparticules comme un cancérogène (ni « possible » ni « certain ») lorsqu’il est ingéré.

Certes en 2006 le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane (TiO₂) comme cancérigène possible pour l’homme (classe 2 B) lorsqu’il est inhalé – et ce, toutes tailles confondues : l’échelle nanométrique est donc concernée mais pas plus ni moins que le TiO₂ non nanométrique.

A noter également : les études qui ont été considérées pour cette classification portaient sur le TiO₂ sous forme de poudre avec la présomption de risques par inhalation qui concernent d’abord les travailleurs potentiellement exposés (notamment dans le secteur de la chimie, du bâtiment, des cosmétiques ou de l’alimentaire).

Pour le secteur spécifique de l’alimentation, les professionnels qui peuvent inhaler une grande quantité de E171 à l’état de poudre – comme les agents qui confectionnent les colorants alimentaires ainsi que les pâtissiers (qui manipulent du sucre glace ou des colorants pour leurs préparations pâtissières) – sont particulièrement exposés et devraient faire l’objet d’une sensibilisation et d’une surveillance ciblée.

Pour ce qui concerne les risques pour les consommateurs liés à l’ingestion des nanoparticules, ils sont encore insuffisamment documentés car on ne dispose pas de données d’exposition par la seule alimentation ni d’étude épidémiologiques et les incertitudes sont nombreuses du fait de questions méthodologiques. (Les lignes directrices de l’OCDE, utilisées pour les essais toxicologiques des substances chimiques classiques ne sont toujours pas adaptées à l’étude des nanomatériaux).

En 2004, l’l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avait considéré que l’utilisation de E171 comme additif alimentaire ne posait pas de problème. Une ré-évaluation par l’EFSA est néanmoins attendue pour fin 2015 au plus tard.

L’évaluation des risques associés au dioxyde de titane est également prévue dans le cadre de REACH : elle sera réalisée par l’Agence française de sécurité sanitaire (ANSES) en 2016.

En attendant les résultats de ces études, voici ce que l’on sait aujourd’hui :

  • Qu’advient-il des 5 à 10% restants ? Sur la base d’études menées essentiellement chez l’animal ou sur des cellules in vitro, on sait que :

Des nanoparticules peuvent être absorbées par la bouche avec comme effets possibles la production de molécules pro-inflammatoires et l’observation d’une destruction de cellules

  • Des nanoparticules de TiO₂ de 25 nm peuvent être absorbées au niveau de la bouche (études chez le cochon dont les caractérisques des cellules buccales sont très proches de celles de l’homme), avec comme effets possibles, un impact toxique, la production de molécules pro-inflammatoires et l’observation d’une destruction de cellules (« apoptose »), observés dans deux études in vitro sur cellules humaines et pour de fortes concentrations de TiO2.
  • Les autres transitent ensuite par l’estomac pour arriver aux intestins, et se trouvent dans des milieux aux niveaux d’acidité différents qui peuvent conduire les nanoparticules à s’agglomérer puis à se réindividualiser.
  • Une fois dans les intestins, les nanoparticules de dioxyde de titane peuvent être absorbées9 et pourraient :
    • induire des inflammations intestinales, des lésions chroniques
    • se diffuser dans l’organisme jusqu’au foie, à la rate, aux glandes endocrines et au cerveau, et entraîner des effets délétères – notamment en termes immunitaires – qui restent à préciser à des doses proches de celles auxquelles l’homme est réellement exposé.

Il faut être prudent cependant : on ne peut pas extrapoler les résultats obtenus dans ces études à ce qui pourrait advenir lors de l’ingestion de colorant alimentaire E171. En effet, les expériences sont souvent effectuées… :

  • avec des doses plus importantes que celles auxquelles nous sommes exposées,
  • sur des cellules cultivées in vitro ou sur des animaux de laboratoire (pour l’étude des effets dans l’intestin, sur des rongeurs, qui n’ont pas la même alimentation ni le même métabolisme que les hommes),
  • et avec des nanoparticules qui sont différentes de celles qui sont incorporées dans les produits, en l’occurrence des nanoparticules dix fois plus petites que celles que l’on trouve dans les colorants E 171.

Une fois dans les intestins, les nanoparticules peuvent induire des inflammations, des lésions chroniques et se diffuser dans l’organisme jusqu’au foie, la rate, les glandes endocrines et le cerveau

Mais hormis les travaux en cours de réalisation à l’INRA de Toulouse dans le projet NanoGut dont les résultats ne sont pas encore connus, il n’y a pas de recherches sur les éventuels effets cancérigènes de TiO₂ ingéré, les premiers signaux mis en évidence par les rares études menées justifient les appels à la vigilance par rapport à l’ingestion répétée et chronique de ces nanoparticules.

Francelyne Marano, professeure émérite de toxicologie, considère que l’absorption de dioxyde de titane peut être nocive et pose une question centrale : « L’utiliser uniquement comme colorant pour rendre des produits plus agréables à l’œil est-il vraiment utile et raisonnable ? » 10. Dans la mesure où les risques ne sont pas bien connus aujourd’hui, il est choquant de voir l’industrie agroalimentaire utiliser en grande quantité ce type de produits (ainsi que les autres additifs et composés nanométriques) sans avoir fait vérifier au préalable leur innocuité, le tout pour rendre des produits artificiellement plus « esthétiques ».

Certains experts se veulent rassurants en arguant que les résultats des études sont contradictoires et qu’il n’y a pour l’instant aucune certitude sur la toxicité des nanoparticules de dioxyde de titane que l’on ingère. « C’est comme si nous venions de découvrir que le papier peut provoquer des coupures, sans avoir pu encore déterminer s’il s’agit d’un inconvénient mineur ou potentiellement mortel » a ainsi écrit Andrew Maynard11, directeur du Risk Science Center de l’Université du Michigan (USA).

Mais comparaison n’est pas raison : le rapport bénéfices / risques dans le cas du papier est incontestablement positif. Or concernant le TiO₂ (nano ou pas) dans les aliments, il est beaucoup moins évident. En outre, on peut facilement visualiser une feuille de papier, tenter d’éviter voire soigner les coupures qu’elle peut générer, tandis que les nanoparticules de dioxyde de titane sont invisibles à l’oeil nu, et leur présence n’est pas toujours signalée sur les produits !

D’autres « experts » relativisent : « La consommation de M&M’s conduit plus rapidement à l’obésité qu’à un cancer »12. C’est vrai : bon nombre d’aliments contenant des nanoparticules sont des confiseries et pâtisseries. Mais les paquets de M&M’s et de chewing gums Hollywood apportés par José Bové sur le plateau télé ne sont que l’arbre qui cache la pourêt : beaucoup d’autres aliments en contiennent, ainsi que des produits censés ne pas nuire à la santé, notamment les dentifrices et les médicaments ! Outre les confiseries et les viennoiseries, on trouve l’additif E171 dans des pains de mie, des mayonnaises, du sucre glace, des plats préparés et également des boissons.

Des nanoparticules de TiO2 dans les aliments mais pas seulement : on en absorbe aussi via les dentifrices et les médicaments

Le site Openfoodfacts.org propose une liste des produits alimentaires contenant du TiO2 E171, avec en mars 2015, 109 produits vendus en France, dont des M&M’s, des Mentos, des chewing gums Hollywood, Freedent, Malabar et Casino, des gâteaux LU, des raviolis Panzani, le hachis parmentier William Saurin, des gâteaux apéritifs Belin, les blanquettes de veau Leader Price et William Saurin, des bûches pâtissières, pizzas, sirops, etc. Mais on trouve également du dioxyde de titane dans de nombreux médicaments (comprimés pelliculés) et dentifrices* (signalé sous la mention Cl77891). Nous avons interrogé l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour connaître sa position sur la présence, les risques et le cas échéant, les exigences vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques concernant le TiO₂ dans les médicaments et vous tiendrons inpourmés si nous parvenons à obtenir une réponse.

* Certes, le dentifrice n’est pas censé être ingéré, mais les muqueuses buccales sont perméables ; c’est d’ailleurs pour ça que les granules homéopathiques et d’autres médicaments dits « orodispersibles » doivent être placées sous la langue (on parle d’un mode d’administration « sublingual ») pour « fondre » à cet endroit et être rapidement absorbés par l’organisme. Donc on « absorbe » bien du dentifrice même si on ne l' »avale » pas à proprement parler.

Toutes sources cumulées, des chercheurs ont ainsi estimé l’ingestion moyenne quotidienne de TiO₂ entre 1 à 2 mg/kg de poids corporel/jour pour les enfants vivant aux USA, voire 2 à 3 mg/kg/jour pour ceux du Royaume Uni8.

Une grande variété de types de nanoparticules de TiO2

Il y a en fait une grande variété de types de particules de TiO2, avec notamment des différences de forme cristalline (anatase / rutile), de distribution en taille, de morphologie et d’enrobage :
nanosante100

  • dans l’alimentaire (E171) et dans les médicaments, elles sont très majoritairement sous forme anatase (parfois associée à la forme rutile en très petite proportion) et sans enrobage
  • dans les cosmétiques (Cl 77891) elles sont présentes dans du maquillage, des décolorations capillaires ou crèmes solaires, sous forme rutile (ou mélange anatase / rutile) et enrobées d’une couche de silice ou d’alumine ; elles ne sont pas enrobées dans le dentifrice
  • dans les peintures et les ciments (CI Pigment White 6), elles sont principalement sous forme anatase (ou mélange anatase / rutile) et sans enrobage.

Et même au sein d’une même catégorie de produit, les nanoparticules peuvent être différentes d’un produit ou d’une marque à l’autre. Ainsi, dans le seul domaine alimentaire, l’additif E171 est composé de particules primaires d’une grande variété de tailles (de 40 à 300 nm, avec un diamètre moyen compris entre 100 et 130 nm) ; 10 à 40 % d’entre elles, selon les études, présentent au moins une dimension inférieure à 100 nm13.

Rappelons enfin que les nanoparticules de TiO₂ ne sont pas les seules nanoparticules à être utilisées dans l’agro-alimentaire…

L’opacité et la confusion entretenues par l’industrie agroalimentaire

Beaucoup d’autres types de nanoparticules sont aussi introduits par l’industrie dans les aliments, les boissons et les emballages alimentaires.

Problème : malgré la mise en place de la déclaration obligatoire des substances à l’état nanoparticulaire en France, nos autorités sanitaires ne sont pas en mesure d’identifier les produits finis qui en contiennent. Et les entreprises qui les utilisent ne jouent pas volontiers la carte de la transparence.

Le lendemain de l’appel au boycott par José Bové, le groupe Mars Chocolat France, qui possède la marque M&M’s, a répondu que « tous les ingrédients utilisés dans les produits Mars Chocolat France sont conformes aux critères de santé et sécurité les plus exigeants. Les produits Mars Chocolat sont conformes à la législation française et européenne » .

« l’ensemble des entreprises agro-alimentaires cultivent l’opacité la plus complète sur cette question »

En fait les industries agro-alimentaires jouent la montre et font pression pour retarder l’étiquetage [nano] dans l’alimentation censé être obligatoire depuis décembre 2014 mais qui est de ce fait loin d’être mis en place. Des négociations sont toujours en cours au niveau européen : un 4ème trilogue est imminent entre la Commission, le Parlement et le Conseil européens, prévu fin mars 2015. On notera également que la marque n’a pas dit si, oui ou non, elle utilisait du dioxyde de titane de taille nanométrique dans ses M&M’s et autres confiseries. Ce mutisme n’est pas nouveau ; lorsque nous avions réalisé notre dossier Nanos et alimentation en 2013, nous avions interrogé le groupe, parmi d’autres, à ce sujet : notre question était restée sans réponse.

En fait l’ensemble des entreprises agro-alimentaires cultivent l’opacité la plus complète sur cette question. En 2014, Ofi AM a fait une enquête auprès de 60 sociétés du Stoxx 600 pour connaître leur utilisation de nanoparticules ; sur les 30 sociétés interrogées impliquées dans le domaine de l’agroalimentaire, seules 5 (toutes spécialisées dans les boissons) ont répondu… qu’elles n’utilisaient pas de nanoparticules.

Dernier exemple en date : en janvier 2015, le magazine 60 millions de consommateurs a également partagé le même constat : près de 75 sur 100 entreprises agroalimentaires sollicitées (Nestlé, Danone, Heinz, Mars, Panzani, Nespresso, Toupargel, …) n’avaient pas donné suite au courrier que le magazine leur avait envoyé en octobre 2014 dans lequel il leur était demandé si elles utilisaient des nanoparticules sous la forme d’additifs (E551, E550, E170, E171, E172), de nanotextures, d’ingrédients en nanoencapsulation ou de nanomatériaux utilisés dans les emballages alimentaires.

Autre pays, autres moeurs : le principe de précaution de la marque Dunkin

Au début du mois, le TiO₂ avait aussi fait parler de lui outre-atlantique : l’entreprise américaine Dunkin a annoncé en février qu’elle renonce à l’utiliser dans le sucre de ses pâtisseries Donuts, sous la pression de l’ONG As You Sow19.

Un coup de pub pour l’entreprise soucieuse de protéger, sinon la santé de ses clients, au moins la santé de sa notoriété ?

DunkinDonutsComme l’a rappelé Andrew Maynard, directeur du Risk Science Center de l’Université du Michigan (USA), dans un billet paru en février dans Nature Nanotechnology20, ce type de réajustement peut être un choix privilégié par certaines entreprises qui préfèrent renoncer à un risque qui peut leur coûter cher plus tard soit parce que leur produit sera interdit soit parce qu’il sera à l’origine de problèmes sanitaires ou environnementaux et/ou parce qu’il n’aura pas la confiance des clients.

Si la volonté de minimiser le risque en termes d’image de marque est une motivation à une plus grande responsabilité sociale des entreprises (RSE), donnons quitus au leader qui franchit le premier pas et invitons les autres à utiliser les recommandations des pouvoirs publics et des ONG (cf. ci-dessous).

Neuf ONG préconisent une plus grande responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Le 12 mars, neuf ONG américaines (dont l’ONG As You Sow) ont profité de cette annonce pour publier des recommandations concernant les nanomatériaux pour les entreprises du secteur de l’alimentation et des emballages afin de les aider à éviter ou à réduire les risques de nanomatériaux dans les produits alimentaires et les emballages. En résumé :

  • 1 – adopter et rendre publique leur politique d’utilisation de nanomatériaux et publier une analyse des risques sanitaires de tous les nanomatériaux utilisés
  • 2 – informer leurs fournisseurs soit de l’interdiction d’utiliser des nanomatériaux dans les aliments, les boissons et les emballages, soit de l’adoption de la politique décrite au point un
  • 3 – étiqueter tous les produits qui contiennent des nanoparticules de taille inférieure à 500 nm
  • 4 – adopter une approche basée sur la hiérarchie des mesures de contrôle des risques pour prévenir l’exposition des employés aux nanomatériaux.

Contacter VeilleNanos : redaction@veillenanos.fr

 


NANOSANTE.NET > REVUE  DE  PRESSE

Source : VeilleNanos.fr
Date de parution : 11/05/2015

(357)